L'Indus, source du souffle

Il était une fois un fleuve doux nommé Indus.

Prenant source au coeur de l'Himalaya, il nourrit les terres qu'il traverse et les Hommes viennent bientôt s'installer dans ses vallées fertiles.

La bienveillance du fleuve nourricier préservent les peuples des difficultés de subsistance, des convoitises et des guerres, et l'esprit des Hommes s'élève et se met en quête de connaissance, de compréhension du monde et de spiritualité.

Bientôt naîtront les formes et les pratiques de cette sagesse, le védisme, le bouddhisme, l'hindouisme, le yoga, l'ayurvéda, ....

Des héritages relativement épargnés par l'obscurantisme connu ailleurs, enrichis de millénaires de pensée, une transmission en mouvement.

Et l'Inde de trouver son nom.

L'ayurvéda, connaissance de la Vie

 

L’ayurveda est la formulation de la médecine indienne.

Ce terme sanskrit peut se traduire littéralement par « connaissance de la vie », et c’est bien de cela dont il s’agit. Des millénaires d’observation, d’expérience, de partage de connaissance, de recherche ont conduit à une compréhension certaine, et toujours en mouvement, des énergies de l’univers, de chaque élément qui le compose, dont l’être humain.

Dans cette approche, la santé ne se résume pas à soigner ce qui dysfonctionne. Il s’agit de prendre soin de la Vie, de préserver ou rétablir les équilibres de la bonne santé, du bien-être. Et notre Vie ne s’inscrit pas seulement dans notre corps, mais également dans notre mental et notre esprit.

 

Toutes les grandes civilisations ont connu une telle richesse, Chine, Inde, Amériques, Europe, ... Mais dans nos régions occidentales, l’obscurantisme religieux, le scientifisme aveugle, et enfin le diktat du pharmaceutique ont effacé ces sagesses de nos grimoires et nos mémoires et sont venus à bout des druides, chamanes, guérisseuses, et même de nos grands-mères et leurs fameux remèdes.

Nous réapprenons doucement….

 

Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’opposer frontalement les approches. La démarche reste la recherche et l’ouverture à toute source de connaissance. La médecine occidentale a indéniablement des vertus et l’enrichissement mutuel des disciplines s’exercent au gré de pionniers, jusque dans le traitement des cancers.

Mais il subsiste indéniablement une différence radicale d’approche : l’ayurveda, comme la médecine chinoise par exemple, vise à préserver l’équilibre et la santé, à devancer le désordre, la maladie. L’individu est donc appréhendé dans sa globalité et dans toutes ses dimensions.

 

Le soin, l’attention à soi, passe donc par tous les aspects de notre Vie : l’alimentation, l’hygiène de vie, le calme mental, l’épanouissement spirituel, le bien-être du corps.

Tout est en tout!